27 novembre 2009

LE SPORT DU XXIe SIECLE?

Non le sport du XXIe siècle ne sera pas le football. Rien à voir avec Thierry Henry et sa fâcheuse tendance à confondre ses mains et ses pieds. Le mal est plus ancien que ces authentiques affaires d'état que sont devenus les problèmes d'arbitrages, et touche à l'esthétique, comme le remarque Pierre Desproges dès les années 80 : "Quelle harmonie, quelle élégance l'esthète de base pourrait-il bien découvrir dans les trottinements patauds de 22 handicapés velus qui poussent des balles comme on pousse un étron, en ahanant des râles vulgaires de bœufs éteints?". Certains rétorqueront qu'il existe des artistes du ballon rond, qui, de Pelé à Zidane, ont fait l'unanimité. Je leur répondrai que contredire les superbes envolées stylistiques d'un Desproges est une faute de goût. Le débat est clos.
Ceci étant dit, il reste à trouver quelle discipline sera de nature à remplacer le football. Je tenterai de vous démontrer qu'il s'agira de la danse sportive.


La plupart d'entre vous n'a probablement jamais vu de compétition de danse sportive, dont la médiatisation est à peu près comparable à celle du water-polo, de la pétanque, du badminton ou du baseball. Dans les cas susnommés on peut comprendre : le water-polo paraît brouillon et peu lisible – trop d'eau sûrement. Pour la pétanque les excès toucheraient plutôt au pastis – dans une activité qu'on assimile davantage à une récréation pour sexagénaires alcooliques qu'à un sport. Le badminton reste pour beaucoup un sous-tennis où le filet est trop haut et les échanges trop lents. Quant au baseball, mis à part le Japon, c'est avant tout une exception culturelle made in USA.

Rien de comparable à la danse sportive. C'est ce que j'ai compris lorsque mon journal m'a chargé d'interviewer Stéphanie Godet et Gwénael Lavigne - récents champions du monde de la discipline. Un simple pigiste chargé d'une affaire pareille ? Je voyais ça comme un honneur, une sorte de promotion : moi le vulgaire écrivaillon de cet univers corvéable et quasi-bénévole de la pige où l'on ne vous permet même pas de signer vos articles, on me confiait la charge d'interviewer des champions du monde !

Mais en rencontrant Stéphanie et Gwénael j'ai vite compris que je m'apprêtais à relater des exploits qui avaient malheureusement toutes les chances de rester confidentiels : ils m'apprirent qu'ils indifféraient les médias, et que pas un magazine ou quotidien national ne les avait contactés ! Un pigiste anonyme pour un sport anonyme : y avait comme une logique...

Et pourtant ! A l'issue de l'interview et des vidéos que j'ai découvertes par la suite, j'ai été choqué par ce décalage immense entre la hauteur de leurs exploits et leur absence des médias. Alors voici quelques raisons de suivre leur carrière et de promouvoir la danse sportive :

1 - Sexy dance

Avoir une large audience, c'est évidemment passer à la télé – dont vous savez tous à quel point elle regorge de gens beaux et souriants. En un mot : sexy. C'est comme ça. Des sportifs sexy ont déjà un potentiel télégénique certain. Dans les années 80 par exemple, le charme de Katarina Witt avait largement participé, outre son talent, à la promotion du patinage artistique.Stéphanie, nouvelle Katarina de la danse ? Quant à Gwénael, il n'est pas sans rappeler ce footballeur mannequin des années 90 qu'était David « El magnifico » Ginola...  


Photobucket



2 - La danse est people....

Un sportif célèbre intéresse aussi par sa vie privée. Mais son conjoint a rarement la même notoriété. Qui connaît Mme Thierry Henry par exemple ? Avec les danseurs les choses sont bien plus simples. Stéphanie et Gwénael, couple à la fois sportif et amoureux, peuvent attirer les spéculations de la presse people. D'autres duos le sont simplement par les liens du sport... mais n'y a-t-il pas anguille sous roche ? Danse nous Voici ?



3 - Un parcours héroïque..

....Les parcours héroïques fascinent les médias. Le héros idéal est celui qui n'est pas favori et dont les difficultés jalonnent sa route vers le triomphe, fameux mythe grec datant d'Hercule et de ses douze travaux et que nos danseurs illustrent à leur façon. Bien que champions de France chacun de leur côté, ils ne parviennent pas à se distinguer au niveau mondial. Il faut dire que la France n'est qu'une nation mineure de la discipline, loin derrière l'Allemagne, l'Italie ou la Russie.

En mai 2008, à l'occasion d'une compétition dans le sud de la France, ils font connaissance et deviennent rapidement partenaires. Premières épreuves. A Vienne, ils s'imposent malgré une blessure terrible : hanche déplacée pour Stéphanie. En Lituanie, sans être favoris, ils terminent avec 45 premières places sur 45 possibles. Les succès s'enchaînent à une vitesse stupéfiante : Italie, Allemagne... et même Angleterre – où la compétition est pourtant la plus relevée d'Europe. Ils raflent tout.

Puis arrive la Belgique, où se déroulent les championnats du monde de danse latine. A Liège, en ce 17 octobre 2009, Stéphanie et Gwénael passent sans encombres les premiers tours... jusqu'aux demi-finales. Première frayeur avec un « lâché » durant la Rumba. Puis arrive le paso doble (danse espagnole) qui doit s'achever par un grand écart de Stéphanie. Mais le public est tellement démonstratif que Gwénael, n'entendant plus la musique, croit que l'épreuve est terminée et lâche prématurément sa partenaire... qui s'affale sous l'œil médusé du public ! Ils accèdent néanmoins à la finale qu'ils remportent haut la main devant Italiens et Espagnols, dans une ambiance indescriptible. Insatiables, ils ramènent quelques jours plus tard le trophée du championnat de France 10 danses (5 danses latines et 5 « standard » comme la valse ou le tango).

4 - Un esprit sain...

En une période où la tricherie footballistique fait parler d'elle et où Thierry Henry n'a guère intérêt à fouler le sol irlandais avant une bonne décennie sous peine d'émeute généralisée, les danseurs sportifs, eux, n'ont pas d'ennemis. Ni croche-pied ni carton rouge – tout en fair-play. Et la main, loin de se prêter aux coups et tricheries éhontées, soutient le partenaire, le caresse presque. Et quand Stéphanie et Gwénael raflent toutes les compétitions ce n'est pas parce qu'ils ont achetés les juges – c'est juste qu'ils sont bons ! 



5 - ...dans un corps sain

Trois à quatre heures d'entraînement par jour. Musculation, stretching et endurance. Diététique irréprochable. Troisième mi-temps proscrite et sommeil à 22 heures. Une vie saine où l'on se dope aux fruits et à l'eau minérale. Quel meilleur modèle dans notre société chaque jour plus obsédée par sa santé?


6 - Des artistes

Sans commentaires...




Vous n'avez plus d'excuses. A partir de maintenant, les soirées foot n'auront plus le même goût. Et le 1er mai 2010 bouleversera les statistiques. Car ce jour-là, ayant passé le mot, vous bouderez la finale de la coupe de France de football... pour le championnat du monde 10 danses à Palma de Majorque... en espérant que les médias suivent.

A noter que Stéphanie Godet et Gwénael Lavigne organisent des démonstrations dans le cadre de cérémonies et soirées diverses - Renseignements au 02 35 68 00 27 

   Saladin Sane

Posté par Saladin Sane à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


Commentaires sur LE SPORT DU XXIe SIECLE?

Nouveau commentaire